News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Arrestation Firmin Ollo : son avocate dénonce une violation flagrante de ses droits

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Samedi 2 Novembre 2013 à 07:51 | Lu 574 fois

L’arrestation mardi 29 octobre dernier, du jeune leader étudiant et candidat aux locales 2013, Firmin Ollo Obiang, ne cesse de susciter de vives réactions de la part de l’opinion nationale. En charge de la défense du jeune homme toujours en « garde à vue » dans les locaux de la DGR, Me Paulette Oyane Ondo fait état, sur sa page Facebook, des conditions inhumaines dans lesquelles est détenu son client et des nombreuses autres violations de droits dont il est victime.



La cause de l’interpellation de Firmin Ollo Obiang, détenu dans une cellule de la Direction Générale des Recherches (DGR) depuis le mardi 29 octobre, n’est toujours pas connue.

C’est l’une des premières choses que dénonce son avocate, Me Paulette Oyane Ondo, montée au créneau depuis le début de cette affaire pour dénoncer une arrestation arbitraire et aux motifs vicieux.

« Ollo Obiang Firmin (…) a été interpellé le 29 octobre 2013 (…) par des éléments de la DGR qui n'avaient pas de mandat et a été directement placé en garde à vue (ce qui est interdit par l'UA et l'ONU). (…) Je me suis personnellement déplacée pour me rendre à la DGR, afin de m’enquérir de la situation et connaitre les motifs de ces arrestation et détention arbitraires. (…) Je n’ai pas vu la plainte qui motive l’arrestation et la détention de mon client. Les éléments de la DGR n’ayant pas voulu me communiquer le dossier en leur possession, si tant est qu'il existe. Ainsi, mon client et moi-même ignorons les raisons de son arrestation et de sa détention qui portent atteinte à sa liberté d’aller et venue, qui est une liberté fondamentale, un Droit de l’Homme », dénonce-t-elle sur sa page Facebook.

« Selon les Directives et Principes sur le Droit à un Procès Equitable et à l’Assistance Judiciaire en Afrique qui est un texte subséquent de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples dont le Gabon est Etat partie, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) dispose que: « Tout individu arrêté sera informé, au moment de son arrestation, des raisons de cette arrestation et recevra notification, dans le plus court délai et dans un langage qu’il comprend, de toute accusation portée contre lui » », renchérit-elle.

Au moment de l’interpellation du jeune homme, certains témoignages laissaient entendre que celle-ci s’était faite à la demande du doyen de la Faculté de Droit et de Sciences Economiques, Jean-Claude James, qui reprocherait à Firmin Ollo son rôle dans différentes manifestations au sein de l’Université Omar Bongo.

Souhaitant vérifier cette hypothèse dans le but de déterminer les causes de l’arrestation de son client, Me Oyane Ondo aurait dépêché hier 31 octobre, un huissier de justice à l’UOB afin d’obtenir du doyen et du secrétaire général de l'université, la fameuse plainte.

Si le premier cité reste muet et introuvable à ce jour, le second a déclaré ne rien savoir des raisons de l’arrestation de Firmin Ollo et de n’y être mêlé en aucune façon.

Outre l’opacité autour des motifs de son arrestation, Me Oyane dénonce également les conditions « inhumaines » dans lesquelles est détenu son client.

« Il est également important de signaler au public et à la communauté internationale que depuis que le jeune Mr Ollo a été mis arbitrairement aux arrêts, il n'a pas été nourri une seule fois par l'Etat gabonais. Il a été mis dans une cellule si exiguë qu'elle ne répond pas aux règles minima de l'ONU en matière de détention pré-juridictionnelle, ladite cellule est d'une saleté si repoussante que même un cochon refuserait d'y vivre.
En le traitant ainsi, l'Etat gabonais inflige à Mr Ollo un traitement inhumain et dégradant strictement interdit par la CADHP », explique-t-elle.

Qui en veut donc au jeune Firmin Ollo Obiang au point de le priver, plusieurs jours durant, de sa liberté ?

En attendant que le voile soit levé sur cette question, l’avocate de Firmin Ollo Obiang a déjà pris attache avec le Procureur de la République près le Tribunal de Libreville, afin de l’interpeller sur les violations flagrantes des droits de son client et obtenir sa libération dès le lundi 4 novembre.

A suivre…

Publié Source : Gaboneco.com

Samedi 2 Novembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 574 fois



Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...