News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

André MBA OBAME, l'autre Président Elu , un Conseil des Ministres s’est tenu ce jeudi 24 février 2011 à 17h30.

Le site de la Liberté - LVDPG - News le Dimanche 27 Février 2011 à 08:43 | Lu 1842 fois


André MBA OBAME, l'autre Président Elu , un Conseil des Ministres s’est tenu ce jeudi 24 février 2011 à 17h30.

 

L’ordre du jour portait sur les points suivants :

 

 1 : Communication du Président de la République

 

 2 : Communication du Premier Ministre

 

 3 : Compte rendu  du Conseil interministériel

 

 4 : Politique générale

 

- Ministère des Finances, du Budget et de la Fonction Publique 

 

-  Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

 

 - Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel, chargé de l’instruction civique :

 

 Objet : l’amélioration de la gestion des allocations d’études

 

5 : Divers

 

Dans une adresse au Conseil des Ministres, le Président de la République, Mr André Mba Obame a tenu à louer l’abnégation et la détermination du Gouvernement qui, depuis un mois déjà, n’a montré aucun signe de fébrilité et de relâchement. Il a par la même occasion adressé ses encouragements et ses remerciements aux Membres de l’Union Nationale conviés exceptionnellement pour la circonstance,  pour  leur soutien et leur engagement dans cette lutte pour la libération de notre pays du joug du régime monarchique.

 

Il a par la suite remercié le peuple Gabonais qui, au-delà des dénigrements, des soupçons et des hésitations de  quelques concitoyens, participe  à notre combat. En effet, a-t-il précisé : « l’histoire de l’évolution des peuples et des révolutions dans le monde a toujours été le fait des minorités ». Le Président de la République conclut en fustigeant les attitudes rétrogrades  de certains de nos compatriotes qui tentent de ramener les évènements en cours dans notre pays à une simple lutte de leadership entre deux individus, se refusant de situer lesdits évènements dans la marche du monde vers la liberté. Au lieu de détourner les yeux du « printemps arabe », le pouvoir devrait regarder la réalité en face : l’heure du bilan est proche et pour le peuple, le  découragement est blâmable.

 

  

Le Premier Ministre pour sa part a fait observer au Conseil que depuis quelques jours une tempête de liberté traverse une partie du continent africain où les peuples se lèvent pour défendre leurs droits en récusant des régimes autoritaires. Ces mouvements qui condamnent une forme de gouvernance patrimoniale et familiale marquent l’adhésion des peuples africains à plus de démocratie, au droit des peuples à choisir librement leurs dirigeants. Ces principes et valeurs partagées par toutes les Nations sont le vrai socle d’une paix et d’une stabilité durable que tous les Etats défendent au sein des Nations Unies.

 

Le Gouvernement légitime qui défend les principes et valeurs de la démocratie et de la République condamne toute répression, et particulièrement sanglante des régimes autoritaires contre leurs peuples en quête de plus de liberté et de démocratie.

 

Le Conseil des Ministres salue le courage de ces peuples frères d’Afrique du Nord qui se battent pour la démocratie et la liberté et saisit cette occasion pour dire au peuple gabonais que le combat que mène  le Gouvernement légitime est son combat ; c’est la lutte pour que chacune de vos voix compte dans la marche du pays. Notre peuple est vaillant et comme les autres, il peut et doit dépasser le stade de la peur face à l’intimidation et à la répression d’un pouvoir autiste à l’instar de ceux que le vent du désert emporte.

 

 

Interpellé par la situation très pénalisante que vivent des milliers d’étudiants suite à la suppression brutale et arbitraire de leurs allocations d’études, Le Ministre des Finances, du Budget et de la Fonction Publique en collaboration avec les Ministres de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, de l’Education Nationale, de la Formation Professionnelle, chargé de l’Instruction civique a présenté au Conseil les résultats d’une réflexion menée sur la gestion améliorée des allocations d’études dans notre pays.

 

Les atouts pour organiser et  réussir un développement harmonieux du Gabon sont nombreux. Pourtant, à l’épreuve de la réalité, il apparait que les piliers principaux d’un processus de développement équilibré et durable, dont l’Education/formation, font cruellement défaut dans ce pays.

 

Une politique de formation à l’avantage de l’impétrant et de la Nation nécessite la mise en place de nombreux instruments d’accompagnement du processus de formation : le rapprochement des lieux de formation et de résidence, un système de santé opérationnel, des espaces  de formation suffisants et bien équipés, un système d’allocations d’études adapté à l’environnement de formation…

 

Sur ce dernier aspect  très sensible pour le quotidien des apprenants, les mesures hâtives,  injustes et pénalisantes pour l’avenir du GABON   prises à la rentrée académique 2010-2011 conduisent le Gouvernement légitime aux choix ci-après :  

 

I. ETAT DES LIEUX

 

I.1 ALLOCATIONS D’ETUDES DANS LE SECONDAIRE

 

Critères, procédures et taux :   une  bourse de 24.000fcfa  est versée trimestriellement  à tout collégien et lycéen d’un établissement public ou reconnu d’utilité publique, non redoublant et ayant obtenu une note moyenne égale ou supérieure à 1O/20.  La liste des bénéficiaires est confectionnée au sein de chaque établissement.

 

I.2 ALLOCATIONS D’ETUDES DANS LE SUPERIEUR

 

Critères et procédures : l’étudiant doit avoir  au plus 22 ans, n’être pas redoublant, justifier d’une moyenne égale ou supérieure à 10/20, être inscrit dans un établissement supérieur gabonais ou reconnu par notre Etat, Les listes d’ayants- droit  sont confectionnées  après examen des dossiers en et hors commissions ad hoc.

 

Taux : en dehors du trousseau scolaire de 90.000fcfa perçu, en principe, à la rentrée académique et de  280.000FCFA maximum au titre de frais de scolarité pour l’accès aux  grandes ECOLES, les taux d’allocation mensuels varient de 66.000.FCFA à  680.000.FCFA   selon les pays.

 

Au titre des allocations scolaires et universitaires, le budget actuel avoisinerait donc 27 584 617 000 .FCFA. Cette hypothèse de dépense est probablement surévaluée du fait :

 

·         Du décalage entre les effectifs annoncés par les services des Bourses et Stages et le nombre de bénéficiaires réels, environ 15% des étudiants sont prétendument boursiers ;

 

·         Des rétablissements annoncés administrativement et non exécutés au bénéfice des étudiants.

 

Environ 3100 étudiants ont perdu  à tort leur allocation : déficiences du fonctionnement des services chargés de tenir une comptabilité actualisée des performances des étudiants ayant naguère perdu leur droit à la bourse, non prise en compte des échecs liés à l’arrivée tardive des étudiants dans les établissements de formation, absence d’information des jeunes sur les établissements non autorisés à accueillir les prétendants à la bourse gabonaise…

 

Environ 500 autres se voient refuser ce droit du fait de leur âge. Il parait  pourtant  nécessaire d’accompagner des jeunes bacheliers de 23 à 25 ans candidats à des formations de deux ans et qui, au terme de leur BTS, satisferaient la demande importante des entreprises pour ce niveau de formation.    

 

 

 

 

       S I T U A T I O N    A C T U E L L E (base 2010)

 

 

                     S I T U A T I O N   N O U V E L L E

 

Zones/Pays

 

Nbre Etudiants

 

Cout annuel

 

 

Zones/Pays

 

Nbre Etudiants

 

Cout annuel

 

Gabon

 

7 161

 

5 671 512 000

 

 

Gabon

 

7 161

 

6 805 814 400

 

Afrique Centrale

 

 

 

 

Afrique Centrale

 

 

 

et de l'Ouest

 

795

 

694 129 000

 

 

et de l'Ouest

 

795

 

820 948 800

 

 

 

 

 

 

 

 

Afrique du Sud

 

601

 

974 304 000

 

 

Afrique du Sud

 

601

 

1 169 161 800

 

et du Nord

 

 

 

 

et du Nord

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chine

 

64

 

115 968 000

 

 

Chine

 

64

 

131 161 600

 

 

 

 

 

 

 

 

Europe

 

215

 

720 288 000

 

 

Europe

 

215

 

864 345 600

 

 

 

 

 

 

 

 

Amérique du Sud

 

29

 

73 776 000

 

 

Amérique du Sud

 

29

 

88 531 200

 

 

 

 

 

 

 

 

Amérique du Nord

 

262

 

786 000 000

 

 

Amérique du Nord

 

262

 

943 200 000

 

 

 

 

 

 

 

 

France

 

2 199

 

7 388 640 000

 

 

France

 

2 199

 

8 866 368 000

 

 

 

 

 

 

 

 

S/T Général

 

11 326

 

16 424 617 000

 

 

S/T Général

 

11 326

 

19 689 531 400

 

             

                 AUGMENTATION EN VALEUR

 

 

 

     

3 264 914 400

 

             

                                                                             RECONDUCTION BOURSES ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

 

 

 

     

5 875 200 000

 

                                                                             AUGMENTATION BOURSES ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

 

 

 11.160.000.000

 

     

2 129 000 000

 

TOTAL  GENERAL

 

 

 

     

27 693 731 400

 

             

                               AUGMENTATION  TOTALE  EN VALEUR

 

 

 

     

11 269 114 400

 

 

  

  

  

  

  

  

II.RESSOURCES POUR FINANCER LE RELEVEMENT DES ALLOCATIONS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

 

Le  budget du GABON pour l’exercice 2010 s’est élevé à 2090 Milliards de FCFA.  On situe  à 20% le quota de ce budget utilisé par le gouvernement illégitime au titre des fonds de souveraineté, soit   environ 418 Milliards   de FCFA ! Si dans son principe ce dispositif est justifié pour  permettre à un  Chef de l’Etat d’organiser la  sécurité et la  promotion de  l’image du pays, le niveau et les conditions du budget consommé traduisent  une gestion  publique à l’opposé des pratiques de bonne gouvernance que le Gouvernement légitime entend asseoir définitivement au Gabon.

 

Le Président légitime de la République et son  Gouvernement se proposent de réduire drastiquement cette dépense. Ces économies budgétaires ainsi que d’autres poches de réserves  financeraient, pour partie,  le  relèvement des bourses de formation.

 

III. PROPOSITIONS

 

L’allocation d’étude doit être considérée comme un facteur d’encouragement à la production de la première ressource pour développer le Gabon. Il convient donc :

 

·         De donner  à chaque compatriote la chance  d’un parcours de formation significatif ;

 

·         D’offrir aux jeunes une allocation qui tienne mieux compte des conditions de vie de leur milieu d’accueil ;

 

·         D’adapter les conditions d’attribution de bourse aux réalités du marché de l’emploi.

 

·         D’encourager des formations d’élite.

 

III.1/ Nouvelles conditions d’allocations d’études dans le secondaire

 

III.1.1/ Critères d’attribution :

 

·       être de nationalité gabonaise

 

·       être inscrit dans un établissement public ou reconnu d’utilité publique

 

·       être non redoublant

 

·       avoir une moyenne supérieure ou égale à 10/20

 

III.1.2/ Taux d’allocation actuel : 24.000 frs/ trimestre

 

                -Premier cycle et second cycle: taux actuel + 6OOOfrsCFA= 3O.OOO FRSCFA

 

III.2/ Nouvelles conditions d’allocations d’études dans le Supérieur

 

III.2.1/ Conditions d’attribution :

 

·         Être de nationalité gabonaise et admis au Bac. 

 

·         Avoir au plus 22 ans pour un parcours long ;

 

·         Etre âgé d’au plus 24 ans pour un une formation courte (BTS, DTS ;DUT) ;

 

·         Avoir une moyenne supérieure ou égale  à 10/20 ;

 

 

En plus le gouvernement s’engage, le moment venu, à:

 

·         Identifier et communiquer la liste des Etablissements universitaires  extérieurs d’accueil ;

 

·         Eviter les retards  dans le paiement des bourses.

 

·         Faciliter la mise en route des étudiants pour éviter les retards (début des cours, départ en vacance et rapatriement).

 

·         Relever de 20%le niveau actuel  d’allocations d’études pour tous les cycles.

 

·         Financer annuellement un quota de bourses pour des formations très pointues dans des établissements prestigieux. Des bourses d’Etat très spécialisées, des financements de formation  spécifiques par des institutions privées et/ou publiques, le recours au crédit études remboursable dès le début d’activité… vont être développés.

 

Globalement le Gouvernement légitime s’engage à faire, le moment venu, une rallonge globale sur les bourses équivalente à :

 

§  + 2 129 000 000.FCFA dans l’enseignement secondaire général et technique.

 

§  + 3 264 914 400 FCFA dans l’enseignement Supérieur

 

§  + 5 875 200 000.FCFA pour rétablissement  des suppressions arbitraires

 

 Soit un supplément de ressources de 11 269 114 400.FCFA, correspondant à 3,50% environ des gains projetés sur dépenses excessives du gouvernement illégitime au titre des fonds politiques.

 

 En outre, le Gouvernement légitime mettra, le moment venu, la Direction Générale des Bourses et Stages sous la double tutelle des Ministères de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur.

 

V/ DIVERS

 

Le conseil des Ministres a été informé de la lettre de soutien de l’Association des épouses des Membres du gouvernement légitime engagées à poser des actes dans le sens de la lutte menée par leurs époux pour la libération du Gabon et de son peuple.

 

Le Conseil, très sensible à cette marque de confiance et de détermination, se félicite de cette initiative et les encourage à porter leur cause patriotique partout où elle doit être entendue.

 

 

 

sous_la_presidence_de_son_excellence_andre_mba_obame.doc Sous la Présidence de son Excellence André MBA OBAME.doc  (71 Ko)


Dimanche 27 Février 2011
LVDPG - News
Vu (s) 1842 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

12.Posté par Volcanic le 28/02/2011 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ le pensee gabonaise, essayer de bienrelire la composition de ce gouvernement, ni AMO, ni MISSANMBO, aucun d eux n est dans le gouvernement. pour la suite de tes inetrrogations, de mon point de vue, jusqu a present AMO fait ce qu il a promis de faire, le reste est juste une question de temps, et le mieux pour tous, est de regarder devant nous, si non, on trebuche. juste un point de vue, alors soyez patiente et observez, c est plus sage!

11.Posté par oswald le 28/02/2011 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sa c'est vraiment un gouvernement virtuel,un gouvernement sans palais,un gouvernement sans ressource et on parle de conseil de ministre....désolation,sortez de votre bulle arrêtez de rêver et revenez sur terre.

10.Posté par nendjoh le 28/02/2011 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis de même avis que AMO du poste 5. c'est terrible de remarquer que c'est personne qui pour beaucoup sorte à peine du pdg ont maintenant des ambitions sois disant noble.le pouvoir actuel (différent du parti au pouvoir) n'a même pas une durée de 9ans et ils veulent déjà le rendre comptable de la situation actuelle du pays.aussi cet ensemble de mesure n'est que moyen pour flatter les gabonais.bref il est dit: tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute.

9.Posté par Marrick Edy MOUSSAVOU THIAM le 28/02/2011 01:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est normal que tu penses de la sorte cher ami Amo, nous sommes tellement habitués à la mauvaise vie que tout projet qui vise à nous sortir de la misère est utopique, mais croyez moi, c'est réalisable. Nos ressources peuvent nous permettre de réaliser ce projet.

8.Posté par Larévolte le 27/02/2011 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi je suggère que les critères pour l'obtention des bourses varient en fonction des revenus des parents et de la composition de la famille. Si les parents ont des revenus modestes, la bourse de leurs enfants doit être plus élevée que ceux des enfants des personnes aux gros revenus. Par ailleurs, tous les élèves des lycées et collèges doivent avoir leur bourse d'études. Les élèves ne peuvent perdre le bénéfice de leur bourse qu'en cas de redoubblement. Pendant l'année scolaire, la bourse ne doit pas être supprimée sauf en cas d'abandon des études. La bourse ne doit pas être soumise à la moyenne de l'élève car le succès ou l'échec scolaire d'un élève dépend de plusieurs facteurs, on doit tenir compte de ces facteurs en cas d'échec d'un élève avant de le sanctionner en supprimant sa bourse. Les travailleurs sociaux (assistantes sociales, éducateurs spécialisés etc...) seront chargés du suivi des élèves en complément de la famille et des enseignants.

Quant aux étudiants, mêmes critères, toujours tenir compte des revenus de la famille et de la composition de la famille.
Octroyer une bourses à tous les nouveaux bacheliers pour une durée de deux ans. Si au bout de ces deux années, l'étudiant n'a eu aucun succès aux examens ( passage en deuxième année d'études supérieures), il perd sa bourse et ne pourra à nouveau l'avoir qu'au bout de deux succès aux examens.

7.Posté par la pensee gabonaise le 27/02/2011 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je trouve ces mesures bien ambitieuses... Mais, cepandant, il y' a certaines questions, je le pense, qui meritent d'etre posees: parmi le menbres du fameux gouvernement "legal" et leurs acylites, on compte bien d'anciens ministres de l'education, notamment, AMO et Missambo, et meme un ancien premier ministre,... Mais, ou etaient, car, nous sommes bien en droit de nous poser cette question, toutes ces bonnes idees par le passe?!

Je pense que: on n'abandonne pas aussi vite ce que l'on a soutenu si longtemps sous son autorite! C'est pourquoi, les mesure prises, a mon humble avi, ne sont qu'une partie d'un discours populiste et demagogique, pour emmener la population a soutenir sa cause. Ca m'a bien l'air d'une manoeuvre politique engagee, pour s'attirer la sympathie du peuple. Mais, les discours de ce genre, nous en avons deja entendus que, si on pouvait en saouler, on serait dans l'ivresse totale!

"On reconnait le macon au pied du mur": ca,c'est une verite indeniable. Le fait est que, deja, beaucoup de nos nouveaux experts, le maniement de la truelle s'est avere plus que catastrophique, puis que les murs construits, n'ont ete que trop tordus. Alors, la situation a laquelle on assiste en ce moment, pourrait deboucher sur une scene d' humour, ou, plutot, sur une anecdote du genre: un zebre qui fait remarquer, la presence de raillures sur l'echine de son ami zebre; ou un des rats sortant d'une latrine, remarque la puanteur de son voisin immediat.

Je me dis que, lorsque, soi-meme, on a ete au coeur de ce que l'on denonce maintenant, on devrait prendre beaucoup de recule, pour ne pas paraitre ridicule. Parler de "transparence", de "bonne gouvernance",..., et que l'on se propose d'etre le "commandant en chef" dans la defense de ces valeurs, cela suppose que, soi-meme, au prealable, on se soit impregne et que l'on a ete le denfenseur de celles-ci. Que constatons-nous? Une incoherence totale avec les dires et les faits, car, l'histoire, elle, ne ment pas.

Certains, pour etre plus credibles, on besoin de se delier de ceux qui font un pont avec le systeme en place. Melanger un mauvais vin a un bon, ne rend pas ce dernier meilleur, mais, au contraire, dimunie sa qualite.

Derriere les veleites de denonciations, le jeux d'opposition, la repentance, se cache bien la volonte d'assouvir ses desirs machiaveliques. C'est pourquoi, je pense que, le peuple doit, pour restaurer son droit, compter sur lui-meme pour cette "besogne". LA leguer a certains apprentis bongoistes, cela s'appelle de la naivete double d'amnesie!

Nous devons avoir l'intelligence de comprendre que, dans notre opposition, il y a bien des adeptes du "statut quo", dont l'interet est de le tourner a leur faveur parce que, entre freres, les interets ne correspondent plus a ceux d'antan: le roi du bongoland entant mort, ses fils "heritiers", se livrerent dans une guerre sans merci pour l'acquisition du pouvoir... Dans cette guerre, nos interets, c'est-a-dire ceux du peuples, n'y sont pas. Donc, laisons les sorciers, les assoifes du pouvoir, les truands, les fraudeurs, les voleurs, se maitriser entre eux! Notre combat, lui, commence avec un soulevement 100% populaire, qui aboutira a l'emprisonnement de ceux qui ont participes, de pres ou de loin, a la formation du pouvoir royal bongoiste. Appartir d'aujourd'hui, doit finir la personnification de l'opposition, de la lutte pour la liberte pour que, certains petits "malins", ne s'en apprient pas le droit tels des usurpateurs pour nous asservir de nouveau a leur tour.

6.Posté par Africanus le 27/02/2011 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De très bonnes mesures, cela prouve que ce gouvernement légitime se préoccupe de l'avenir de notre pays qu'est la jeunesse.

Voici ma contribution pour les bourses

L'attribution des bourses sera sur critères académiques et /ou sociaux;
Les bourses des élèves seront revalorisées :
35000 francs par trimestre pour les collégiens ayant une moyenne inférieure ou égale à 14;
45000 francs par trimestre pour les collégiens ayant une moyenne supérieure à 14
50000 francs par trimestre pour les lycéens;
70000 francs par trimestre pour les lycées ayant une moyenne supérieure à 14
L'octroi de la bourse dans les universités et écoles sera conditionné par le seul critère d'obtention du BAC quelque soit le filière, car c'est la seule condition d'accès aux études supérieures. Le critère d'âge est illusoire, car au regard des conditions de travail (effectif pléthorique, structures d'accueil et d'encadrement, le personel, etc), il est difficile de tenir ce critère si on veut aider nos enfants issus des familles très modestes voir pauvre de poursuivre leurs études supérieures. La moyenne de 10/20 pendant l'année de terminale ne permet nullement à l'élève d'accéder à l'enseignement supérieur, il faut avoir le BAC. La moyenne d'au moins 10/20, permettra simplement de racheter l'élève en cas d'admissibilité, et la moyenne supérieur à 12/20 lui donnera plus de chance d'être admis dans les grandes écoles en cas d'obtention du BAC.
100000 francs pour les étudiants en premier cycle vivant au Gabon;
150000 francs pour les étudiants en second cycle vivant au Gabon;
200000 pour les étudiants en troisième cycle vivant au Gabon;
Toutes les bourses étrangères seront revalorisées
En cas d'échec ou de redoublement, l'étudiant conserve 50% de son allocation de bourse. En cas de 2 échecs successifs, la bourse sera supprimée.
Une prime d'installation de 3000000 francs et un logement social seront accordés en priorité aux étudiants ayant effectués leurs études à l'étranger. Cette somme sera remboursée sans intérêt.

La seule question, c'est concrètement comment le président élu va mètre en oeuvre ces mesures sachant que les administrations et ministères sont encore aux mains du gouvernement illégal?

5.Posté par AMO le 27/02/2011 16:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Marrick Edy MOUSSAVOU THIAM

Soyez réaliste, le spectateur a toujours la meilleure vision du jeu... Quand on est sur le terrain on pense autrement...comme l'a dit un monsieur, un chômeur est un ambitieux personnage qui a de très beaux projets.
Donc cette équipe gouvernementale virtuelle ne saurait réaliser tout ce qu'ils prétendent. C'est juste pour manipuler davantage le peuple. La vie n'est pas aussi facile !

4.Posté par Benoit le 27/02/2011 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UNITE@
"MBA OBAME EST FOU". On le croit fou, or de jours en jours il pose ses actes et nous comme le pouvoir en place restons là sans rien comprendre. Bizarre!

3.Posté par Marrick Edy MOUSSAVOU THIAM le 27/02/2011 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Après avoir parcouru ce communiqué final du conseil inter-ministériel présidé par le Président élu, je suis rassuré et convaincu que ces 19 membres ont des idées nobles et prestigieuses sur une nouvelle forme de gouvernance du Gabon, ils ont des idées neuves et originales qui ont réellement pour but d'améliorer les conditions d'études des jeunes gabonais qui, très souvent se voient arrêter d'étudier, faute de moyens, or cette nouvelle réforme des conditions d'octroi des allocations d'études devront permettre à tous les étudiants de poursuivre leurs études en toute quiétude et en toute sécurité. Notamment grâce au crédit d'étude que le gouvernement élu propose à ceux qui sortent des milieux sociaux difficiles et qui n'ont pas les moyens pour étudier de façon sereine.

Selon moi cette réforme aura un double avantage. D'abord, il permet la poursuite des études pour le plus grand nombre et ensuite, il garantit en quelque sorte le travail aux jeunes diplômés, pour qui l'État n'aura de choix que de leur garantir une place rapidement soit à la fonction publique, soit en incitant les entreprises à les embaucher rapidement après leurs fins de formation. Et ceci, selon moi, réduira considérablement le chômage qui va crescendo au Gabon depuis ces 20 dernières années et assurera l'équilibre social tant recherché au Gabon par la masse.

Le critère de l'âge aussi est une réforme noble, car selon moi, si on permet aux jeunes gabonais de passer le baccalauréat au-delà de 22-23 ans, il va de soit qu'on les encourage à faire des formations courtes grâce à des allocations d'études visant l'obtention des diplômes tels que le DTS, BTS, Licence pro et bien d'autres, et non les exclure d'emblée d'une éventuelle obtention de la bourse comme cela se fait depuis toujours depuis bongo père et amplifié avec bongo fils.

Voilà des gens qui réfléchissent à l'amélioration des condition des vie des citoyens gabonais.

Bravo Monsieur Le Ministre de tutelle dudit ministère Monsieur MBENG EKOREZOCK, qui m'a enseigné le Marketing à l'Institut National des Sciences de Gestion, vous êtes une valeur sûre dans votre domaine et le Gabon peut être fier de vous.

Bravo son Excellence Amo du courage et la détermination qui vous anime vous et votre équipe gouvernementale, communiquez toujours avec nous le Peuple et édifiez nous sur votre démarche.
b[

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...