News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

Ali Bongo, s’il (…) me donne 1000 F, 2000 F ou 3000 F (…) pourquoi je refuserais (Jean Eyeghe Ndong)

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Jeudi 7 Novembre 2013 à 13:07 | Lu 2364 fois

Candidat à la mairie de Libreville, l’ancien Premier ministre d’Omar Bongo Ondimba, Jean Eyeghe Ndong martèle qu’il compte sur le soutien de tout le monde y compris les « pédégistes ». Dans une interview exclusive à Gabonactu.com, l’ex vice-président de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout) soutient qu’il ne refusera pas une contribution du citoyen Ali Bongo Ondimba « pas en qualité de chef de l’Etat ». il s’explique sur son appel de fonds pour financer votre campagne et sa pension qui n’est toujours pas bien payée. Bonne lecture !



Madame Laure Olga Gondjout, tête de liste au 3ème arrondissement a dit que votre candidature ne l’empêche pas de dormir. Votre réaction ?

Je vous remercie. Candidat d’abord au 2ème arrondissement puis candidat au poste de maire centrale de Libreville, mon objectif n’est pas d’empêcher madame Laure Gondjout de dormir. Il faut qu’elle dorme (sourire amusant).

Pourquoi vous pensez que vous allez gagner ?

Il y a lieu de l’espérer au regard du paysage qu’offre Libreville. Libreville les poubelles. Libreville sans cimetière. Libreville sans infrastructures sociales. Libreville où les taximen font la loi. Libreville où les caniveaux sont bouchés. Libreville où il n’y a pas de bibliothèque. Libreville où le statut juridique des marchés n’est pas connu des habitants. Libreville où la santé urbaine est menacée. Libreville où il n’y a pas de crèche municipale !!! Non je crois que ce sont là des insuffisances qui m’amènent à être candidat avec l’appui de beaucoup de mes compatriotes qui pensent comme moi. Je dois même dire que tous les gabonais pensent comme moi. Ils constatent que Libreville n’est pas géré. L’administration municipale n’est pas assurée.

Vous parlez comme l’homme providentiel. Mais où trouverez-vous les moyens pour résoudre tous ces problèmes ?

Je ne prétends pas être un homme providentiel. Je suis dans cette noble aventure avec beaucoup d’autres gabonais qui pensent comme moi. Ces hommes et les femmes qui m’entourent ont l’engagement, la volonté et l’ambition. Si nous sommes à la mairie, on ouvrira tous ces dossiers qui concernent les finances, l’administration municipale, le personnel, les équipements techniques (…). On regardera tout ca avec l’Etat qui est partie prenante dans la gestion de la municipalité. Grâce à la loi sur la décentralisation, on progressera pour donner à Libreville et les autres cités les moyens de s’auto-administrer.

Monsieur le candidat. Vous avez lancé un appel de fonds pour financer votre campagne. Etes-vous devenu brusquement pauvre ?

Votre question est plutôt curieuse. Mon initiative semble être une curiosité pour les gabonais. Pour ce qui me concerne, je ne prétends pas être riche. Les gabonais le savent. Mais je ne suis pas non plus un pauvre parce qu’il y a des gabonais qui sont dans le besoin plus que moi.

Vous avez tout de même 130 millions de FCFA de pension d’ancien Premier ministre par an ?

C’est ce que vous dites.

Mais en réalité ?

J’ai été Premier ministre. J’ai droit à une pension. Est-ce que ca me donne la possibilité de financer une campagne parce que j’aurai 100 millions de FCFA de pension comme vous le dites ?

C’est la loi.

Oui c’est la loi mais regardez ce qu’on nous verse à la fin du mois, nous les anciens Premiers ministres ! Je vous dis qu’à ce jour il y a des droits qui ne me sont pas encore versés. J’ai fais des démarches au ministère des Finances. Je me heurte à une indifférence de certains hauts fonctionnaires. Je suis obligé d’écrire au Premier ministre. Il a écrit à son tour au ministre des Finances. Et je ne sais pas ce qui se passe. Alors si vous pensez que je suis riche parce que je suis un ancien Premier ministre, vous avez tord.

Pour revenir à ma souscription des fonds, je sais que vos confrères m’ont plus ou moins ridiculisé. Mais je ne me sens pas vexé. La souscription est une pratique qu’on observe dans les grands pays. Barack Obama l’a fait, il a réussi. Je ne vois pas pourquoi au Gabon on ne pourrait pas exploiter cette piste d’autant plus qu’on a intérêt à faire la lumière sur le financement des campagnes électorales.

Ce qui étonne c’est que vous ne l’avez pas fait en 2009 lorsque vous briguiez la présidence de la République. Pourquoi le faire pour la mairie de Libreville ? Est-ce à dire que vous êtes devenu pauvre ?

(Coup de colère) Mais qu’est-ce que cela a avoir avec l’argent ? Il s’agit de gérer Libreville. Il ne s’agit pas de se préoccuper à savoir si j’ai l’argent ou pas. Je ne vois pas du tout de rapport ! Le problème des Librevillois c’est d’avoir une ville propre, équipée …. Le problème ce n’est pas mon argent.

Ces préoccupations des Librevillois font parties de votre projet de société ?

J’ai un programme d’actions. Vous l’aurez pendant la campagne électorale.

Vous êtes un candidat indépendant. N’est-ce pas un handicap ?

Pas du tout. Je suis candidat devant les gabonais. Avec ou sans parti, c’est au gabonais de juger (…).
N’est-ce pas une manière, pour vous ancien vice-président de l’Union nationale, d’accepter la mort définitive de ce parti ?

Pas du tout. Je suis candidat indépendant. Tout le monde sait que je suis de ceux qui réclament haut et fort la réhabilitation de notre parti. C’est pourquoi nous avons refusé d’adhérer à d’autres partis. Ils nous l’ont proposé et nous avons refusé. Si on a accepté, ca serait la mort de l’Union nationale.

Au fait, de qui vous attendez des souscriptions ?

(Rires). Je compte sur les populations. J’ai lancé l’idée. Si c’est positif, tant mieux. Mais si les Librevillois ne sont pas généreux, je le constaterais.

Vous comptez donc sur tout le monde ?

Je compte sur tout le monde. Je compte même sur les pédégistes (terme pour désigner les militants et cadres du PDG, ndlr). Amusons nous un peu ! Je compte sur les pédégistes qui sont mes adversaires.

Y compris le président du PDG qui est le Président de la République ? Que feriez-vous d’un chèque venant de sa part ?

Le Président Ali Bongo, s’il intervient en tant que privée. S’il me donne 1000 F, 2000 F ou 3000 F, selon ses capacités en tant que personne privée. Je dis bien, en tant que personne privée, je ne vois pas pourquoi je refuserais. Vous faites allusion au fait qu’il est président de la République, ca c’est un problème d’éthique. Pourquoi il interviendrait pour moi et ne pas intervenir pour les autres indépendants et les autres partis.

Avez-vous tenté de le rencontrer pour lui présenter votre vision de Libreville et vos besoins de financement ?

Je n’ai pas tenté de rencontrer le Président Ali. Et je profite de vous faire la remarque parce que c’est vous qui avez publié sur RFI que le président Ali et moi nous nous sommes retrouvés au mausolée Léon Mba le 16 août. Ce qui n’est pas vrai. Est-ce que vous m’avez vu là-bas ? Non vous ne m’avez pas vu. Vous avez vu mes parents. Pas moi. J’étais chez moi à mon domicile.

Mais où est-ce que vous vous êtes vu finalement ?

Vous avez dit qu’on s’est vu au mausolée. Je vous ai dit que c’est faux. Vous ne pouvez pas continuez de me poser indéfiniment cette question ! Vous-vous souvenez que le porte parole de la présidence, Alain Claude Bilie By Nze, avait dit que le Président m’a reçu au palais. J’attends toujours le film de l’audience.

Il parait qu’on a rectifié. L’audience aurait eu lieu dans la résidence de l’ancien Président Léon Mba.

Vous voyez qu’on commence à rectifier. On peut passer une année entière à rectifier des informations. Je vous ai dit que je n’ai pas cherché à rencontrer le Président. Lui aussi n’a pas cherché à me rencontrer. C’est tout.

Les circonstances vous ont donc fait rencontrer ?

Quelles circonstances ? Lesquelles ? Lesquelles ? J’ai demandé qu’on me dise le contenu de notre conversation parce que Monsieur Bilie By Nze a dit que le président ne soutient pas ma démarche de candidat à la mairie de Libreville. Comment peut-il le dire puisque nous ne nous sommes pas vu.

Et si Ali Bongo Ondimba vous apporte son soutien pour devenir maire de Libreville, vous le refuseriez ?

Mais il faut plutôt le lui demander. Est-ce qu’il veut me soutenir ? Vous pouvez demander à Monsieur Ali Bongo s’il veut soutenir ma candidature ? Ce n’est pas à moi qu’il faut demander ça.

Puisque vous charmez les électeurs. C’est le moment de faire le pas !

Oui d’accord je charmerais, la personne privée d’Ali Bongo. Pas le président de la République. Nous sommes politiquement opposés.

Un dernier mot ?

Merci de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer. Je dirai aux électeurs que les prochaines élections constituent une occasion de choisir les hommes et les femmes pour les représenter. Ils doivent prendre ce moment au sérieux. Qu’ils réfléchissent. Qu’ils voient la situation de Libreville. Et qu’ils décident en toute connaissance de cause.

Je vous remercie.

C’est moi.

Jeudi 7 Novembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 2364 fois




1.Posté par Sylvia Bongo la putte au botox le 08/11/2013 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que peut faire ce baiseur de petites filles alors qu'il a été un des plus mauvais premiers ministres du Gabon et un des plus tribalistes ? La Véolia cadeau ? C'es lui ! Le détournement de l'argent de la CAN 2012 ? C'est lui ! L'argent qu'Ali Bongo verse à tous les 1er Ministres et Président d'Assemblée Nationale (des centaines de millions par an ? Il est encore dedans. Toutes les erreurs d'Omar Bongo vers la fin de sa vie ? Il est toujours dedans. Alors, ce n'est pas parce qu'il a insulté la France devant le cercueil d'Omar Bongo pour servir les intérêts d'AMO que ce type est un monsieur. Non, ce n'est qu'un ambianceur qui aime le bon vin et les petites. Le reste ? Des conneries.

2.Posté par Sylvia Bongo la putte au botox le 08/11/2013 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que peut faire ce baiseur de petites filles alors qu'il a été un des plus mauvais premiers ministres du Gabon et un des plus tribalistes ? La Véolia cadeau ? C'es lui ! Le détournement de l'argent de la CAN 2012 ? C'est lui ! L'argent qu'Ali Bongo verse à tous les 1er Ministres et Président d'Assemblée Nationale (des centaines de millions par an ? Il est encore dedans. Toutes les erreurs d'Omar Bongo vers la fin de sa vie ? Il est toujours dedans. Alors, ce n'est pas parce qu'il a insulté la France devant le cercueil d'Omar Bongo pour servir les intérêts d'AMO que ce type est un monsieur. Non, ce n'est qu'un ambianceur qui aime le bon vin et les petites. Le reste ? Des conneries.

3.Posté par Oréma le 08/11/2013 12:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jean Éyeghe Ndong est un Monsieur digne avec beaucoup de probité morale, courtois et respectueux de son compatriote. Je suis convaincue qu'il sera un très bon maire pour notre Libreville poubelle (aujourd'hui) n'en déplaise aux détracteurs qui se cachent derrière de faux pseudos et qui usent de leurs vieux stratagèmes: salir les gabonais propres qui leur font peur. Lorsqu'on a du courage et de l'honnêteté intellectuelle, on accepte d'affronter l'adversaire politique au lieu de débiter des sottises.

4.Posté par dworaczek-bendome le 08/11/2013 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sylvia Bongo la putte au botox

C’est comment ?
Tout ça sur un seul homme, vous ne forceriez pas le trait par hasard ?

Même si on ne le soutient pas mais le fait qu'il soit un gabonais de souche face au Sieur Kane Seydou, on peut aller mollo, vous ne croyez pas?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...