News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

« Ali Bongo Ondimba la poisse…»

Le site de la Liberté - Gabonlibre.com : News 7J/7 le Dimanche 8 Septembre 2013 à 08:29 | Lu 1667 fois



« Ali Bongo Ondimba la poisse…»
«Comment Ali Bongo a raté son sacre » est le titre d’un article paru dans le magazine « Le Point » du 10 septembre 2009. L’article reprenait avec force détail un épisode de rejet du président désigné, par des spectateurs lors d’un match de football au stade omnisport de Libreville opposant les Panthères aux Lions indomptables du Cameroun. Florilège.


« Il n'avait jamais mis les pieds au stade de foot de Libreville. Alors, le samedi 5 septembre, deux jours après l'annonce de sa victoire, Ali Bongo enfile un maillot et met une casquette aux couleurs des Panthères. Puis il prend place dans la tribune officielle, l'air ravi. Déjà dans la posture du président. « Pendant la campagne, j'ai annoncé que vous vous qualifieriez pour la Coupe du monde... Ne me faites pas mentir ! » lance-t-il aux joueurs appâtés par des primes mirobolantes. Puis les choses se gâtent. Rose Rogombé, la présidente par intérim, refuse de se montrer à ses côtés. Des huées jaillissent, en dépit d'une distribution massive de billets à ses partisans. Et surtout, l'équipe nationale prend l'eau. Balayée 2 buts à 0 par les Lions indomptables du Cameroun. Une sale soirée...

« Ali la Poisse ! » pestent des supporteurs à l'issue de la rencontre. Le nouvel homme fort ne les entend pas. Il s'éclipse dix minutes avant le coup de sifflet final. » Sa petite majesté Ali Bongo serait-il vraiment « Ali la Poisse » ? La récente opération de communication ourdie par la Présidence de la République sur la rencontre entre Jean Eyeghe Ndong et Ali Bongo semble l’attester. En effet, les limiers du palais du Bord de mer travaillent en ce moment sur cet axe de communication fort étrange. Ilrepose sur l’idée qu’Ali Bongo porterait « la poisse » autour de lui et à ceux qui s’en approchent.

Le côté pratique est loin de l’épisode du stade omnisport que l’on pourrait conclure comme un épiphénomène, vu le contexte de l’époque. L’axe de communication du Palais a été mis en route avec l’épisode de la « rencontresecrète » entre sa petite majesté et l’ancien Premier ministre Jean Eyeghe Ndong.Le porte-étendard de cette nouvelle formule est Billie bi Nze, et incidemment le COCOM – dont un membre,approché par des confrères qui voulaient en savoir un peu plus, a confirmé ladite rencontre - n’en est pas moins impliqué. Tout porte à croire cependant que le communiqué n’émanait pas du COCOM. Car sur leur site officiel, www.cocom.rggov.org,le dernier communiqué officiel en date remonte au 19 août 2013 et porte sur la visite à Librevilledu secrétaire américain à la Marine.

C’est lecoup de Jarnac qui a été porté, non pas à Jean Eyeghe Ndong, mais à sa sérénissime petite majesté. Par ses propres hommes. Et pour cause. Il fallait briser et ternir l’image de l’opposant le plus irréductible depuis 2009. Quoi de mieux que de l’affubler d’une proximité avec quelqu’un dont la « poisse » est contagieuse ! Aussitôt dit aussitôt fait. La Présidence se fendra d’un communiqué laconiqueque l’on retrouvera sur le blog de Bruno Ben Moubamba «Libreville, le 23 août 2013 – Le Président de la République a reçu hier en audience Monsieur Jean EYEGHE NDONG, ancien Premier Ministre du Gabon, dans le cadre des consultations républicaines régulières entamées avec la classe politique nationale depuis 2009. » Mais qui à la Présidence a pondu ces lignes ?

Les communicants du Bord de mer vont ensuite démontrer leur ingéniosité. La rencontre se serait déroulée le 22 août 2013. Or,environ une semaine auparavant, Jean Eyeghe Ndong avait officialisé sa sortie. L’hebdomadaire « La Griffe » n°559 en fera sa Une ce vendredi 23 août. Aucune mention du scoop. Le coup aura de l’allant après la déclaration. Il fallait donc attendre. Et après cette déclaration, la bombe est lâchée. Le scoop est gracieusement offert au correspondant local de RFI qui le diffuse. L’effet escompté : anéantir la communication d’Eyeghe Ndong et incruster au sein de l’opinion l’idée d’un adoubement ou non par sa sérénissime petite majesté Ali Bongo.

Au cas oùil y avait eu rencontre. Car sur TéléAfrica, Jean Eyeghe Ndong a mis Billie bi Nze au défi de prouver que cette rencontre avait effectivement eu lieu. La dernière fois que l’ex-PM a mis les pieds à la Présidence, c’était en juillet 2009, lorsqu’il remettait sa démission à la présidente de la République par intérim. Tout comme il se trouvait chez lui le 16 août, alors que le correspondant de RFI l’avait vu aux côtés d’Ali Bongo au mausolée Léon Mba.

Poussé par on ne sait quel intérêt, Billie bi Nze viendra tout confirmer de cette pseudo rencontre.Il expliquera, avec maladresse « qu’elle n’était pas une activité principale devant figurer dans le calendrier de travail du président de la République. » Comme quoi les rencontres ou entretiens que le « président » a avec « ses compatriotes » ne sont pas des « activités principales ». Pour divertir le prince qui s’ennuie, rien de tel pour « tuer » le temps que recevoir un compatriote. Il ira jusqu’à en broder les contours :« la question de la mairie de Libreville n’a pas été au centre de l‘entretien entre Ali Bongo Ondimba et Eyeghe Ndong ».

Il sait alors ce qui s’y est dit et où cela s’est dit. Il poursuivra : « l’audience accordée à l’ancien Premier ministre participe des entretiens réguliers que le président de la République a avec ses compatriotes, soit à sa demande, soit à la demande exprimée par les compatriotes ». Une phrase identique au communiqué laconique pondue dans le secret. Et pourtant, le même Billie bi Nze se pourfendra de cette autre phrase : « Le fait que monsieur Eyeghe Ndong, dans sa stratégie et dans son chronogramme, ait choisi d’annoncer sa candidature après cet entretien, relève de son choix’’. Le clou de « Ali la poisse…»

Polémique sur une rencontre Eyeghe Ndong piège Ali Bongo la manoeuvre.C’est donc Eyeghe Ndong qui a tenté de manipuler l’opinion et non pas ceux qui ont attendu d’en parler sitôt après l’annonce de sa candidature? Or Jean Eyeghe Ndong avait donné son programme une semaine avant. Cette annonce est parue dans « Echos du Nord » n°193 du 19 août 2013, soit cinq jours avant. Ce reproche montre que Billie bi Nze participe à une intox.

A la suite de cette sortie et de celle de RFI, utilisé pour rendre l’information crédible, les relais locaux,à savoir la presse proche de la majorité, comme la définissentcertains, entreront en scène.Le quotidien « L’Union », contacté par l’ancien Premier ministre, refusera de diffuser son communiqué. Néanmoins, il ne se privera pas de coucher dans ses colonnesque la rencontre était à la demande de l’ancien Premier ministre (L’Union du 28/08 p.3). Notre confrère La Griffe s’en saisira pour démontrer la fissure au sein de l’Union nationale, partie dissous par le ministre de l’Intérieur Jean François Ndongou. Le confrère Le Scribouillard consacrera plusieurs pages autour « d’un retour des enfants à la maison du père. » Il est clair que l’effet recherché était de discréditer le candidat déclaré. Car l’on sait au Gabon ce que produit dans l’opinion une visite d’un opposant de la trempe d’Eyeghe Ndong au tenant du pouvoir. Dans un contexte de rupture prononcée et exacerbée entre l’opposition et la sérénissime petite majesté, l’effet désiré est sans appel : « celui qui touche Ali Bongo est fini ».

Voilà la carte abattue par le conseiller politique de sa sérénissime petite majesté, son organisme de communication et sans exclure une certaine Lady Gondjout qui aurait orchestré toute cette affaire,en sous marin. L’on se souvient que le même stratagème était utilisé dans le temps pour casser Mba Abessole et d’autres opposants. Il suffisait de parler de pseudos visites à la Présidence et le discrédit était assuré. Pas de doute, sa sérénissime petite majesté Ali Bongo est si bien vendue par son équipe que l’on ne comprend pas les récriminations de Billie bi Nze à l’endroit de la presse lors de l’émission improvisée le 19 août dernier. Ali Bongo traîne-t-il « la poisse ? » C’est tout au moins l’axe sur lequel communiquent ses équipes.




Copyright © Ramses Frank, Libreville - Gabon

Dimanche 8 Septembre 2013
Gabonlibre.com : News 7J/7
Vu (s) 1667 fois




1.Posté par Tueur de Franc-Ma-Cons le 08/09/2013 09:11 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas oublier d''où vient billie bi nzé: ancien rpgiste pétri d'un talent de magouilleur, monteur de coups, auréolé d'un zeste d'escroquerie!
Sauf q mis au service de sa "sérénissime pte majesté", ceux-ci produisent justement cela !

2.Posté par Marcel Libala le 08/09/2013 10:31 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Simple question: pourquoi et comment JEN va t-il participer a une election organisee par un pouvoir illegal et illegitime?

3.Posté par MANBOUNDOU MOUNBAMBA le 08/09/2013 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PARCEQUE JEN EST PLUS GABONAIS QU'ODJUKU ET ACCROMBESSI C'EST POURQUOI IL A LUI AUSSI DE PARTICIPER AUX ÉLECTIONS PEU IMPORTE LE POUVOIR EN PLACE . NOUS CITOYENS DEN BAS NOUS REJETONS ALI, MAIS CELA NE NOUS EMPÊCHE PAS DE VIVRE MM SI NOUS EN SOUFFRONS.

4.Posté par Bongoladi le 09/09/2013 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Marcel Libala
vas poser cette question au Biaffrais, ton sal cul rougi et élargi par la pression des allez et retours de Béninois du palais de bord de mers.
Salop....

5.Posté par moi meme le 09/09/2013 15:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le comble c'est que quoiqu' Ali la poisse et son aboyeur de service Bilé des Chèques sans provision fassent, Eyeghe Ndong gagnera cette élection leur discrédit ne sera que confirmé.
Qu'ils ne s'en prennent qu'à eux mêmes. Car il faut un moment, savoir s'arrêter de mentir pour rien Apres la diffusion par la griffe de Cotonou au sujet du putsch supposé d'Amo avec l'aide du forestier de Lambaréné,( présenté pour la circonstance comme un mercenaire) , Nous qui y croyions encore, toute honte bue devant les scans d'armes militaires de Raphael ( autre débauché de l'opposition) on aurai du revenir aux fondamentaux de la real politique. Les phénomènes politiques tel Myboto , Amo, Eyeghe et autres......Nous aurions du leur laisser jouer leur rôle d'opposition.
pour Leur coup par l'intox sur mensonge de la visite d'Eyeghe au bord de mer, ils repasseront. Car ce coup nous coutera plus cher que nous ne le pensions.
Eyeghe est plutôt considéré par certains militants de la majorité, comme de l'opposition comme une modéré. Un gars du pays qui cherche à préserver la paix. pour celui qui était pris il y a peu pour un extrémiste? Alors qu' Ali, Ndoungou, son directeur de cabinet Akrombessi,( ex Beau frère d'Amo), Maitre du groupe Bilé etc.
...,passent dans l'opinion pour des étrangers qui veulent embraser le pays. Que grand bien leur fasse

6.Posté par Janise le 04/12/2013 09:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je lui et sa collection de maillots j'aime vraiment http://www.maillotdefr.com/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...