News & Infos Utiles...
Gabonlibre.com
Gabonlibre.com
News 7J/7&Infos Utiles...
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Notez

À propos de cette confusion sociopolitique qui nous tue un peu plus chaque jour.

Le site de la Liberté - http://www.joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com/ le Lundi 13 Juin 2011 à 14:30 | Lu 800 fois



À propos de cette confusion sociopolitique qui nous tue un peu plus chaque jour.
La situation politique et économique du Gabon est confuse... à dessein. Il s'agit effectivement de créer la confusion des sentiments : j’aime, je n’aime pas, je déteste, je ne déteste pas... Et là on en vient à dire, je ne sais pas, ça ne me regarde pas… après tout ce sont leurs problèmes… oui ça me concerne c’est de mon pays dont il s’agit. La vraie confusion. Une telle confusion ayant pour but de laisser les gens dans un déséquilibre d’esprit, vise à n’autoriser aucune réflexion d’action et de décision résolue, à ne pas faire entrer dans l’histoire… dans l'action pour la délivrance de son pays du mal politique.

En vérité, soumis au doute par rapport à soi, par rapport aux uns et par rapport aux autres, il y nait une somnolence de l’esprit, comme d’une fatigue qui paralyse tout l'intellect. Cet état endormissement, est un de désordre que cause l’embrouillement des situations politiques vécues : des alliés qui se séparent sans trop comprend pourquoi; des opposants historiques qui deviennent des alliés du pouvoir sans que ce qui avait créé la situation d’antagonisme politique ne soit disparu. De la défusion des uns et de la fusion des autres émergent chez le commun des citoyens un emmêlement entre le vrai et le faux, le réel et l’irréel, l’invraisemblance et la vraisemblance. Et de fait, on ne sait plus où donner de la tête. Les images sont floues, on voit et on entend en double : entremêlement de visages, de sons, des voix amicales, ennemies. La tête tourne sans vraiment tourner. C’est la quête du sens sans points de repère dans ces fusions et défusion qui créer cette sensation. Le Gabonais est dans cet état qu’on ne vit que quand on est plongé dans du valium.

En réalité, cette confusion n'est pas une émotion en soi. Elle est un état de représentation de la réalité dans laquelle on croit se retrouver. Nous sommes plongés dans un état psychosocial qui condamne dans un certain état d’esprit: où l’on est comme engourdi face à la réalité de notre propre existence collective et individuelle:

«Je veux que le pays change, que la situation des miens s’améliorer. Je ne sais pas comment cela va se faire. Je crois cette personne est la mieux à même de permettre ce changement, mais je ne crois pas en en pour x raison. Son adversaire politique a raison, mais il n’est pas crédible non plus… Par le passé l’autre a vendu son âme comme celui-ci vient de le faire… Ils sont tous pareils, peut être pas… celui-ci semble avoir de bonnes dispositions… Mais il parle trop et discute de certaines chose comme sait le faire un enfant… a-t-il de la maturité suffisante… Oh je ne sais plus… ils sont tous pareils… mais pas tout à fait pareil… que dire. Je ne sais pas… je ne sais plus… Je ne veux plus m’intéresser… mais je ne peux demeurer indifférent… Que faire…. merde, où va l’Afrique… où va le Gabon. C’était donc vrai que l’Afrique était mal partie!».

Non l’Afrique n’est pas mal partie… parce qu’elle n’est jamais partie… On avait dit qu’elle était partie parce que l’on avait décidé pour elle, qu’elle devait partir dans la direction de ce parcours fait de tapis roulant. On marche en effet, mais l’on marche sur place. Dans le défilement des images de la succession des saisons, nous croyons évoluer… en fait, nous ne faisons que piétiner les empreintes des pas de nos ancêtres, de nos grands parents. L’ajustement du pied dans le moule des erreurs d’autrefois, sans apprendre des expériences du passées, nous nous confortons à mimer les mêmes refrains, les mêmes gestes… ces gestes de la soumission, celle de l’éternel vente de nous-mêmes, de notre pays, de nos âmes.

Avant-hier c’était Lumumba, hier Sankara... aujourd’hui Gbagbo. Aujourd'hui comme à l’époque, nous n'avions pas vu l'essentiel... nous étions divisés… certains soutenant qu’il fallait l’arrêter et le tuer… D’autres avaient dit que cela n’était que nous plonger dans les grandes lamentations dans la succession du temps. Le temps qui s’est écoulé dessus, comme un fleuve à la grande saison de pluie qui quitte les berges, il a nettoyé les différences de vues. Il y a unanimité maintenant: la lutte de Lumumba était la voie de l'indépendance. Quelle leçon en tirons-nous… Rien, cela ne nous sert qu’à ressasser le passé. Est-ce là notre drame?:

«Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.»

Au-delà de l’insulte de cette citation… je vois le son d’une cloche pour un réveil

La confusion dans laquelle nous sommes plongés est une étape normale d'une recherche qui n'a pas encore trouvé son aboutissement. On trouve ce type de confusion dans l'apprentissage, l'acquisition de connaissances, la démarche d'évolution personnelle, enfin, dans tout processus de changement. On pourrait comparer cette confusion à celle qu'on aurait devant un casse-tête de quelques centaines de pièces dont on ne connaîtrait pas l'image. Au début, c'est le mystère, le flou. Mais l'obscurité fait place graduellement à la lumière, à mesure que certaines parties prennent forme.

Il est naturel qu'une recherche de soi comporte une large dose d'incertitude. Comment saurais-je en effet vers quelle sphère d'intérêts me diriger avant d'avoir exploré la question? C'est la peur de l'inconnu qui nous pousse à réclamer la clarté avant que la lumière se fasse.

Le contexte psychosocial dans lequel nous sommes est typique d'une démarche générant la confusion de même que de l'insécurité qui y est généralement associée. Prendre la décision de se placer définitivement dans une posture implique une réflexion sur plusieurs dimensions. Si une fois la décision prise, la confusion s'installe, c'est que la décision a été précipitée: elle a été prise avant d'avoir fait suffisamment le tour de la question.

Aussi, je vous dis chers amis, ne doutez point de la force en vous pour faire que les choses changent. Si un camp comme l’autre ne vous point, créez-en le vôtre. Ce qui compte c’est d’être dans le combat pour le changement. Il faut refuser d’abdiquer et d’épouser le faut confort de sécurité que vous offre votre isolement. Vous devez avez une responsabilité citoyenne. Celle de vous défaire du faux confort dans lequel vous croyez être. Ensuite engagez-vous, engageons-nous ensembles.


Joël Mbiamany-N’tchoreret

Lundi 13 Juin 2011
http://www.joelmbiamany-ntchoreret.blogspot.com/
Vu (s) 800 fois




1.Posté par Révolution Gabonaise - ODJUKU DOIT PARTIR MAINTENANT le 14/06/2011 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cette réflection.

Je conviens avec vous que nous devons maintenant nous apaisantir à mettre en oeuvre tout ce qu'il faut pour ENFIN donner au Gabon sa liberté; et le voir libérer du système mafieux BONGO/PDG/FRANCAFRQUE.

Le point sur lequel je tiens cependant à exprimer ma rétissence est celui dans lequel vous nous suggérez d'agir chacun dans son camp, en rang dispersé, du moment, selon vous, que nos forces soient mises à profit dans le combat qui nous concerne tous, celui de voir enfin les BONGO hors des bureaux de la présidence du Gabon. QUOI, IL N'Y A-Y-IL PAS D'AUTRES FAMILLES AU GABON CAPABLE DE GÉRER CETTE RESPONSABILITÉ? LE GABON EST-IL DEVENU UNE MONARCHIE? Ce n'était qu'une parenthèse.

Je crois que c'est la où est tout le problème, et qui dit problème dit solution, bien évidemment.

C'est là tout le problème, disais-je. Eh oui cher compatriote, trop longtemps, trop souvent nous avons fais ce que vous nous proposez aujourd'hui sans grand succès.

À mon humble avis il faut converger nos forces, et les orchestrer pourque la force de frappe soit ENFIN efficace et décisive.

Il faut maintenant, je crois, nous inspirer de nos voisins.

À l'instar des pays arabes, PASSONS À LA VITESSE SUPÉRIEURE...LA RUE.., ENSEMBLE OU RIEN.

Unissons nos forces DE FAÇON QUE NOS ACTIONS NE SOIENT PLUS VAINES.

Toi qui vit au canada, combien de marches as-tu organisées avec tes compatriotes là-bas?
Ormis tes voyages aux USA, il faut faire appel à la masse pour éviter l'essouflement.

Nous avons trop souvent été dispersés, et nos efforts non pas été soutenus.

Pourquoi ne pas ENFIN FAIRE FRONT COMMUN, au même moment, maintenant, tous à la rue, vivons notre printemps gabonais, BON SANG, à l'instar du printemps arabe.

Ainsi nous pourrions mettre le point final à ce chapitre sombre de notre histoire qui est écrit depuis plus de 43 ans AVEC DES PAGES VIDES.

En face de nous, évit un dragon à plusieurs têtes (BONGO-PDG-FRANCAFRIQUE) vieux de plus de 43 ans et vous proposez de le combattre chacun de son côté, en ordre dispersé?

Pour être franche, je me suis reconnue dans votre description des compatriotes qui n'y voyent plus clair dans la vie politique au Gabon du côté opposition mais cela ne sous entend pas que ma soif de voir le Gabon briller de ses milles feux loin de l'ingérence BONGO a été estompée.

Qui ne désirent pas au Gabon enfin en découdre avec les BONGO?

Nous attendons tous ce moment heureux on nous crierons tous en choeur BONGO EST PARTI, VIVE LE GABON!!! Le vrai changement.

An Gabon, les politiques-opposition sont trop complexes pour essayer d'y comprendre quelque chose. Notre passé douleureux en ce sens nous l'interdit d'ailleurs.

Des fois je me surprends à rêver à un soulèment populaire au Gabon, réel prélude à un changement véritable, mais en vain.

Dois-je désespérer? les dispertions, le manque de cohésion entre les dires de certains et les faires de ceux-ci m'ont laissé trop souvent perplexe.

Ne dit-on pas, un seul doigt ne peut à lui seul laver tout un visage?

ALORS SOIENT NOUS NOUS BATTONS JUSQU'AU BOUT EN UNISSANT NOS FORCES, SOIT NOUS LAISSER LES PAUVRES CITOYENS COMME MOI PRÉPARER LEURS VIEUX JOURS EN PAIX LOIN DES BROYAYA POLITIQUES SANS VISION RÉELLE.


À quoi bon lutter si c'est perdu d'avance? SEULES nos Unions CIBLÉES feront la différence.

2.Posté par DUNZI le 14/06/2011 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je me demande bien quel age a-t-il Joël pour ne pas comprendre que la confusion est venu du camp de l'interposition, c'est pourtant si simple que cela pas besoin d'aller à science po.

3.Posté par Ngone le 14/06/2011 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
«Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.»

Au-delà de l’insulte de cette citation… je vois le son d’une cloche pour un réveil Moi aussi je l'avais compris ainsi.
Merci pour cette analyse saine de nous. Le genre à décaper les méninges pour la journée. Merci encore.

4.Posté par Ngone le 14/06/2011 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oh Dunzi, faut s'élever de temps en temps. Vous êtes pas fatigué de raser la moquette ?

5.Posté par DUNZI le 14/06/2011 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ngone

Je suis fatigué d'appartenir à un pays qui ne voue son destin qu'a la politique. Je suis plutôt fatigué d’évoluer dans une atmosphère des mensonge entretenus.

Et Ngone pas fatigué de ramasser les cacahuètes des Polus....?

6.Posté par DUNZI le 14/06/2011 18:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Joël Mbiamany-N’tchoreret

Heu oui comme quoi le criminel revient toujours au lieu du crime.

7.Posté par St.Michael le 14/06/2011 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L’article de Joël a du sens et ne devrait pas plaire à ceux là qui ont choisi la voie de la facilité et la poursuite de l’œuvre de leur père satan, le père du mensonge.

C’est vrai qu’il y a confusion comme le relate notre compatriote Joël, mais il y a aussi un phénomène (effet Adan&Eve) qui nous frappe nous les gabonais dont on croyait invulnérables par rapport à nos parents resté au village.

Cet effet d’Adan&Eve est caractérisé par la faiblesse du gabais face aux bongoCFA et se traduit sur la perte de l’intégrité morale, intellectuelle, professionnelle et spirituelle.

En effet, quand on sillonne nos villages (Pitonga, Mayoumba, Obouine, Koumameyong, Souba, Potos…etc), on trouve encore des personnes intègres, malgré leur pauvreté matérielle (passant des jours sans rien mettre sous la dent et vivant seulement de la grâce de Dieu).

Mais quand on sillonne Libreville et d’autres capitales de la métropole ou en lisant certains internautes gabonais en formation à l’étranger il n’y a que stupéfaction de voir le contraste entre l’homme du village qui est resté intègre pouvant encore parler des repères moraux et le Gabonais Internaute qui se bat corps et sans âmes pour justifier l’injustifiable sous l’influence des bongoCFA.

Avoir montré le trésor (bongoCFA) aux jeunes gabonais est bien cet effet Adan&Eve qui est l’un des facteurs de notre dérive ou confusion car certains aujourd’hui sont entrain de vendre leur corps (ils en ont le droit car le corps leur appartient) et leur âmes (ils n’en ont pas le droit car l’âme appartient au Créateur) moins cher que la gratuité.

Prenez l’exemple de ceux là hier qui s’échangeaient des e-mails avec nous pour développer des stratégies de libération et aujourd’hui deviennent nos espions dangereux car nous refusons de les suivre dans la compromission de l’intégrité et la trahison de la PATRIE.

Prenez l’exemple de ceux qui ont incarné l’opposition et dont le seul mandat et l’unique alliance avec le peuple était de démanteler Bongo/PDG-Francafrique, face à la difficulté, face à la violence physique, spirituelle, matérielle ces opposants ont jeté l’éponge et ont perdu leur électorat (ayant atteint des intentions de vote de plus de 50 % il y a pas si longtemps)….en 1998, l’ex curé déclarait même que s’il faut aller faire de porte à porte pour voter Bongo Omar il n’hésitera pas de le faire…Damn.

Comment comprendre que pour certains, il est impossible voir même un tabou de parler de transcender son EGO ou ambition personnelle pour mettre les intérêts de la nation au dessus de tout ? ces opposants egocentriques avec esprit corrompu dépensent plus d’énergie aujourd’hui à combattre l’opposition même qu’il se réclame ou se réclamait et à justifier leurs incompréhensions que de livrer un combat aux oppresseurs du peuple qui pourtant ont annoncé leurs intentions le 30/08/09 (suspension des travaux de la CENAP), le 03/09/09 (lynchage des candidats contre le PDG) et le 04/09/09 (tuerie sanglante des innocents désarmés à POG).

Oui vous me direz que je ne fais que dénombrer des problèmes sans proposer des solutions.

Maintenant que nous connaissons et reconnaissons nos problèmes (l’étape nécessaire), les solutions sont simples :

1-Mener cette lute de libération sans conflit d’intérêt : que X ou Y soit élu présidente des gabonais et pas moi c’est déjà la victoire dans la mesure à condition que le Président soit issu des urnes librement, légalement sans faire recours aux bérets rouges et en écartant la dynastie du clan bongo le plus anticonstitutionnel, le plus mal éduqué et le moins méritant.

2-Que le Gabonais accepte la souffrance et l’effort nobles et non la facilité. Comment faire ? Bengone Nsi est la quintessence de l’intégrité implacable qui nous mènera vers UN État fort respecté et prospère.

3-Aimer d’abord soit même pour pouvoir aimer le Gabon et les Gabonais(e)s, car si un humain n’est pas en amour dans son intérieur il ne peut pas aimer son pays ou ses compatriotes…..c’est cela aussi Être Vrai en vers nous mêmes.

Notre devise devrait être :
Si Le peuple échoue dans cette lute libération, ce sera ma faute. Et si mes actions contribuent à la victoire contre Bongo/PDG-fracafrique, le succès sera partagé par toute la nation gabonaise….Et Le Gabon doit être libéré par tous les moyens.

Amen!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Gabonlibre.com : Chers intervenants, injure = exclusion définitive de notre...Signalez nous des commentaires hors sujet en cliquant "Alerte"

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Gabonlibre.com . Si votrese veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

Injure = Exclusion définitive

Jean Ping Président élu | La Résistance Gabonaise | Histoire du Gabon | MCG | Revue Politique | Revue Economie | Revue Société | Annonces Classées | Société Civile | MDFC | CAPPO | Gabon Occupé par l'imposteur | Les Collabos | Communiqué | Les Réactions | Les syndicats / Grève | Faits Divers | Interpellation | Revue Infos Plus | Education Nationale | Gabon - Diplomatie | Culture / Evènement | Vie Etudiante | Journaux | Interview | Justice ! Affaire à Suivre | Gabon Débat | Sport | Actu Estuaire | Actu Woleu Ntem | Actu Ogooué Maritime | Actu Haut Ogooué | Actu Ngounié | Actu Moyen Ogooué | Actu Ogooué Lolo | Actu Ogooué Ivindo | Actu Nyanga | GabonlibreTV | Présidentielle 2009 | Gabonlibre.com | H. André Mba Obame

Les Articles les plus lus

Gabon : communiqué de presse de la CONASYSED

0 Commentaire - 23/09/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7

Pourquoi les noirs ne s'embrassent pas en public ?

14 Commentaires - 26/06/2016 - Gabonlibre.com : News 7J/7
Incroyable !
Savoir Bien Vivre...